Aux premières loges pour la migration printanière

Avec l’arrivée du printemps et des températures plus clémentes, les mois d’avril et de mai sont des moments de choix pour observer les oiseaux. Plusieurs parcs nationaux du Québec permettent aux ornithologues amateurs, comme aux plus avancés, d’observer des merveilles à plumes du printemps à l’automne. L’observation des oiseaux est très accessible, car elle demande peu de matériel et se pratique un peu partout.

  • Pour de nombreux ornithologues, le parc national des Îles-de-Boucherville est un lieu de prédilection. C’est la grande diversité des habitats présents qui font de ce parc un lieu idéal pour plusieurs espèces.
    Certaines espèces d’oiseaux sont très présentes, alors que d’autres se font plus timides. La paruline jaune, le chardonneret jaune, le moqueur chat, le pic flamboyant et le tyran tritri font partie des espèces omniprésentes. Par contre, le petit blongios, lui, est le plus difficile à repérer.

Plus d’information ici

  • La diversité des habitats présents au parc national de Frontenac est impressionnante. Elle attire plus de 200 espèces d’oiseaux provenant de 42 familles différentes sur le territoire du parc et ses environs. Parmi ces espèces, on retrouve le grand héron, l’oiseau emblématique du parc en raison de son impressionnant site de nidification.
    De plus, la tourbière, située dans le secteur Saint-Daniel, serait un des seuls endroits où il est possible d’observer la paruline à couronne rousse en période de nidification.
    Parmi les oiseaux aquatiques, le huard à collier fait partie des nicheurs biens connus du parc. Celui-ci arrive au printemps après la fonte des glaces et s’installe pour nidifier. D’autres vont seulement faire une halte avant de continuer leur trajet migratoire.

Plus d’information ici

  • Le parc national de Plaisance est un endroit de choix pour observer une grande variété d’oiseaux. Situé au cœur d’un important corridor de migration, c’est l’emplacement du parc qui en fait un lieu de choix pour les activités
    ornithologiques. Parmi les 250 espèces d’oiseaux observables, près d’une centaine y nichent. Les canards sont aussi très présents sur le territoire. La rive nord de la rivière des Outaouais, qui se situe à la lisière du parc, est l’un des meilleurs endroits en Amérique du Nord pour observer la sauvagine. Parmi les 25 espèces ayant été observées jusqu’à présent, une dizaine y nichent durant l’été.

Plus d’information ici